Exposition Street Art

« STREET ART : DU MUR A LA TOILE »

FERME DES ARTS DE VAISON-LA-ROMAINE

27 MAI AU 19 JUILLET 2017

On parle beaucoup de street art, ce mouvement artistique contemporain qui regroupe toutes les formes d’art réalisées dans la rue. On lui préfère même aujourd’hui le terme d’art contemporain urbain, contrairement à une époque pas si lointaine où il était stigmatisé comme une expression mineure et ses artistes punis d’amendes pour avoir détérioré l’espace public. En février 2012 à Barcelone, la police municipale prend Christian Guémy, alias C215, la main dans le sac de bombes spray. Il vient de réaliser un portrait sur une boîte électrique. Il doit passer devant un juge pour « atteinte au mobilier urbain ». Mais coup de théâtre, le juge demande la relaxe au motif qu’on ne  peut pas être condamné pour avoir embelli un mobilier déjà sale et tagué.

MIST « Sans titre » Technique mixte sur toile 120 x 120 cm

Ce revirement témoigne du nouveau statut dont jouit l’un des mouvements artistiques les plus étendus du XXème siècle. Crédibilisé par les galeries d’art, légitimé par les ventes aux enchères, toléré ou adulé par les passants, le street art fait aujourd’hui pleinement partie de notre environnement artistique.

         

BLADE - « Sans titre » Technique mixte sur toile - 130 x 82 cm

Tracer les contours du street art est extrêmement complexe. Derrière cette dénomination, on trouve d’abord une pluralité d’expressions et de formes qui semblent plus appartenir au domaine de la performance qu’à celui de la peinture : les graffitis, les fresques, les installations, les affiches, les pochoirs, les gravures, le yarn bombing 

Ensuite, cette expression n’est pas uniquement contestataire, militante et engagée. Elle côtoie aussi une forme de coopératisme : si de nombreux street artistes contestent fortement les normes de la ville contemporaine, d’autres participent à leur renforcement. Les murs, qui ne sont pas faits pour dessiner mais pour segmenter les espaces de la ville, deviennent les supports d’une aspiration à la liberté et à l’évasion symbolique ou à l’embellissement. Entre art éphémère et art durable, le street art relève d’une micro-politique et si son adaptation aux règles et aux codes des galeristes et des marchands d’art a été si bien réussie, c’est que le street art n’est pas seulement transgressif. Comme dans tous les domaines de l’art, l’institutionnalisation a tendance à réduire le potentiel de contestation et l’appellation « Art contemporain urbain » qui semble s’imposer dans les galeries ressemble à une mise aux normes d’une expression dont la dimension politique s’amenuise au profit de l’esthétique et de la conceptualisation.

Le street art continue de se développer et cet art de la rue n’appelle sans doute pas des propositions classiques, mais plutôt des installations en résonance avec une démarche éphémère et non institutionnelle. En effet, bien que le street art ait fait ses entrées chez de puissants galeristes, dont le parisien Emmanuel Perrotin qui représente le célèbre artiste français JR, il reste l’expression populaire d’artistes désireux de s’adresser au plus grand nombre en créant un fort impact visuel.

                    

              QUICK - Technique mixte sur toile -Signé par l’artiste - 2000 -94 x 121 cm

L’exposition « Street art : du mur à la toile » du 27 mai au 19 juillet 2017 à la Ferme des Arts de Vaison-la-Romaine va mettre en scène une trentaine d’oeuvres représentatives de ce courant. De jeunes artistes mais aussi des artistes confirmés tels que Blade, Jérôme Mesnager ou Mist.

Les oeuvres proviennent de collections privées, d'achat de la Galerie,  d'amis marchands,  ou encore directement des artistes.

               

La lame et l’iso «No king» Technique mixte sur panneau 70 x 110 cm            POLO 51.67   « Sans titre » Pochoir sur toile  - 195 x 114 cm

                                         

                                                   Franck SAVOYE                                                                                       GODDOG

      "Sans titre" Pochoir, acrylique et posca sur toile 70 X 110 cm                              « Totem »  Technique mixte sur toile  80 x 80 cm

PRESSE:

Mots clés: Street Art