Maurice DOUARD L'être retructuré

    

            

Roman de gare (Hommage à Claude Lelouch) - Acrylique sur toile - 81 x 100 cm

Pour sa huitième exposition, la galerie A+C nous emmène sur de nouveaux chemins à la découverte de "l'Etre restructuré " de Maurice Douard. C'est un coup de cœur pour cet artiste qui a incité Charles Diehl à organiser cette exposition toute entière consacrée à celui qui, passionné par la lumière, travaille depuis 35 ans sur la chromatographie, les effets d'optique et la déstructuration graphique.
Inspiré dans sa quête de l'objectivité par le réalisme de Courbet, par le cinétisme de Vasarely et par le courant constructiviste russe, Maurice Douard s'inscrit clairement dans le mouvement de la figuration narrative à l'instar de Valerio Adami.
Au premier abord, ce sont ces êtres restructurés qui captivent le regard : tous différents, tous uniques, tous un peu nous mêmes fondamentalement. Les sujets sont toujours travaillés de la même manière par l'artiste qui se livre à une déconstruction aléatoire : " je déconstruis au crayon; je refuse la mathématique ou l'informatique car l'humain apporte l'imprévu nécessaire et c'est ça qui m'intéresse" explique l'artiste. Ainsi son œuvre est-elle toute entière inscrite dans une quête d'humanisation qui affirme sa place essentielle dans un monde toujours plus rationnel, plus fonctionnel, plus technologique.
Dans la série "Street", cette quête d'humanisation est d'autant plus nécessaire que le décor des toiles rappelle "la dureté de l'architecture dans laquelle on veut nous confiner" selon les mots mêmes de l'artiste. L'univers froid et géométrique des cités modernes oppose  alors un contraste puissant avec le sujet d'où jaillissent les vibrations de la lumière et les éclats de vie. Les volumes sont diffractés par la lumière et recomposés ce qui permet à l'enveloppe charnelle de diffuser son rayonnement et de vivifier la part d'humanité qui y sommeille.
Dans les monotypes de la série des "Murs", on passe des grands aplats de couleur précédents  à une composition infographique faite à partir d'un sujet peint : un assemblage de matériaux comme la terre brute, le plâtre et le polystyrène servent d'écrin aux êtres restructurés qui y sont reproduits. "Je m'amuse à faire se balader mes personnages dans des mondes différents " se plaît à dire Maurice Douard. La violence incluse dans le support brisé et dans l'environnement on ne peut moins bucolique  peuvent donner une impression d'abandon; mais c'est malgré tout la survie et l'espoir que l'on y lit.

Le travail de Maurice Douard a été présenté en Europe, en Corée, en Chine, au Canada. Cela prouve combien son langage peut toucher tous les hommes quelque soit leur culture. Car tous les êtres sont un jour ou l'autre restructurés par les épreuves de la vie et ces changements font qu'un être n'est jamais tout à fait celui que l'on a vu ni celui que l'on reverra.

                 

            Sur un banc rouge N°1 - Technique mixte  - 120 x 80 cm                           Sur un banc vert N°1 -Technique mixte  - 120 x 80 cm